Le dé-tatouage au laser de plus en plus efficace

Marre de votre tatouage ? Actuellement, grâce aux nouvelles technologies, il est possible de l’enlever définitivement. Mais est-ce une technique à risque ?

Qu’est ce qu’on appelle détatouage ?

Le tatouage est le fait de marquer une partie du corps d’une encre noire ou de couleur à l’aide d’une aiguille. La technique est généralement réalisée par un professionnel. Le tatouage est fait pour durer à vie. Donc il ne s’estompe pas au fil des années. En effet, certaines méthodes traditionnelles ont permis de l’effacer, mais les traces sont souvent inesthétiques. Heureusement, avec les matérielles dernières générations, il est possible de faire un détatouage en toute sécurité. Néanmoins, le résultat varie selon la couleur de l’encre et la technique utilisée par le tatoueur. Le détatouage sans laser a le vent en poupe même si les résultats sont plutôt limités. Pou plus d’infos sur le sujet, visitez la plateforme de Cils Expert Studio

Aujourd’hui, le laser est la solution la plus efficace et la plus prisée par les dermatologues et les professionnels de la médecine esthétique. Mais pour un rendu impeccable, il faudrait se munir d’un laser très performant et très puissant et adapté à chaque couleur du tatouage. Par exemple, le laser Yag est plus efficace pour atteindre la couleur rouge, orange et marron.

Attention ! Le détatouage au laser est déconseillé aux peaux bronzées et aux personnes utilisant de l’autobronzant. De même, ce traitement est à éviter pendant la grossesse et lorsque vous prenez des médicaments photosensibilisants.

Combien prévoir pour un détatouage au laser ?

Les experts sont en mesure de proposer deux types de technologies, à savoir :

Le Q Switch

Il peut s’agit de KTP, d’Alexandrite ou de Yag. C’est la technologie la plus abordable. Cependant, il faudrait prévoir plus de séances, c’est-à-dire entre 5 à 15 séances, avec un espace de deux mois au minimum, afin de laisser le temps aux croûtes de se cicatriser. En somme, il vous faudra compter 2 ans pour ôter définitivement un tatouage. Mais dans ce cas, le coût de l’intervention sera plus faible

La picoseconde

Grâce à cet outil, on peut effectuer des séances tous les mois. De la sorte, le tatouage disparaitra en un an. Il offre alors un gain de temps considérable aux clients et un nombre de séances réduit. Mais cela a évidemment un coût. La picoseconde est un matériel récent qui nécessite un investissement plus conséquent. Il est donc normal que le coût se répercute sur la prestation : deux fois plus cher part rapport à un détatouage via un Q Switch.

Quoi qu’il en soit, il est quasi impossible de déterminer le nombre exact de séances nécessaires pour venir à bout d’un tatouage, notamment les couleurs bleues et vertes. De même, la pigmentation de la peau joue également un rôle prépondérant. Notre conseil : soyez patient !

Quels sont les effets secondaires du détatouage au laser ?

Le détatouage au laser peut causer des effets plus ou moins gênants :

– Blancheur de la surface traitée : n’ayez aucune crainte, cela disparaîtra rapidement

– Urticaire, œdèmes, rougeurs et érythème : ils disparaîtront dans les 12 heures qui suivent le traitement

– Minuscules hémorragies : ce sont des effets banaux qui se dissiperont après 24 heures

– Vésicules et croûtes : ils persistent le plus souvent jusqu’à 10 jours

– Hyperpigmentation ou hypo pigmentation

Avec les lasers peu puissants, il y a un risque d’apparition d’un tatouage fantôme qui persiste dans le temps.

Attention ! Évitez de toucher les croûtes. Appliquez quotidiennement la crème réparatrice prescrite par votre médecin. La cicatrisation sera fera dans les 3 ou 4 semaines suivant l’intervention.

En tout cas, afin de limiter les risques, rendez-vous dans un centre de détatouage à Paris réputé et fiable. Un spécialiste dans le secteur vous conseillera sur les conduites à tenir et utilisera des matériels de bonne qualité pour vous garantir une intervention qui se passe dans les meilleures conditions et un résultat optimal.

Comment ça fonctionne le détatouage au laser ?
Le détatouage : un marché en hausse pour les dermatologues