Le tatouage semi-permanent c’est quoi ?

Se faire un tatouage n’est pas un acte anodin puisqu’il faudra porter ce dessin jusqu’à la fin de sa vie, alors que son éclat s’efface peu à peu au fil des années. Si vous cherchez la solution pour éviter de faire un tatoo indélébile, le tatouage semi-permanent est certainement fait pour vous. Mais qu’est-ce que c’est en réalité ? Découvrez l’essentiel à savoir sur le sujet avant de sauter le pas.

Un tatouage à durée de vie limitée ?

Tout le monde connait certainement le tatouage classique dessiné pour être porté toute la vie. Il se réalise avec un dermographe, l’outil du tatoueur muni d’une aiguille, de l’encre et autres pigments. Étant donné que le tatouage est dessiné sous l’épiderme, il ne peut être effacé par le temps, mais au bout de quelques années, le dessin devient flou et moins beau. C’est d’ailleurs pourquoi de nombreuses personnes hésitent à en faire.

Mais en quoi le tatouage semi-permanent est-il différent ? Si le tatouage classique dure toute la vie, le tatouage semi-permanent, comme son nom l’indique, dure la moitié d’une vie. Concrètement, cela signifie qu’au lieu de porter le dessin à vie, vous pourrez l’arborer pendant une durée limitée. Selon les spécialistes, un tatouage semi-permanent dure entre 6 à 7 ans.

Tatouage semi-permanent avantages et inconvénients

Le réel avantage d’un tatouage semi-permanent réside dans le fait qu’il est réalisé avec une encre, dite light, à base de pigments végétaux et minéraux. Puisque l’encre peut être diluée au fil du temps, elle disparaît donc avec les années.

Notez également que le tatoueur n’utilise pas le dermographe traditionnel pour sa réalisation, mais emploie à la place un stylo ne pénétrant pas en profondeur sous la peau. C’est surtout cette méthode qui favorise la faible durée de vie du tatouage et rend sa réalisation idéale pour un tatoo non permanent.

Il est cependant important de noter que même avec l’encre pouvant se diluer, le tatouage semi-permanent ne s’efface toutefois pas définitivement. En effet, au bout de quelques années, le dessin s’atténuera et deviendra flou, mais restera visible sur la peau. C’est certainement la raison pour laquelle cette technique n’est pas encore très répandue puisque pour enlever le tatouage semi-permanent, il faudra le traiter au laser.

Les alternatives pour un tatouage éphémère

Étant donné que le tatouage semi-permanent n’est pas toujours la solution idéale pour arborer un motif qui s’effacera avec les années, diverses techniques de tatouage éphémère ont été créées. Ses alternatives vous permettront non seulement de porter un tatouage qui s’estompera au bout d’un certain temps, mais également de vous faire un tatoo à prix abordable sans pour autant subir la moindre douleur.

Si vous redoutez donc l’efficacité du tatouage semi-permanent, d’autres techniques sont à votre disposition :

. Les décalcomanies réalisées à partir d’un support dessiné puis transposé sur la peau. Selon la partie du corps, le motif disparait après 3 ou 4 douches

. Le henné est réalisé avec une encre composée d’eau et de feuilles de henné, c’est grâce à la macération du mélange que l’on obtient sa couleur brun orangé. En fonction de son emplacement, le tatouage peut durer entre une à trois semaines. Notez bien que le henné est plus tenace lorsqu’il se trouve sur les pieds ou les mains

. L’encre australienne quant à elle n’est pas injectée sous l’épiderme ; elle est juste fixée sur la peau. Généralement utilisée dans le domaine cinématographique ou comme maquillage, cette technique permet d’obtenir un tatouage brillant et bien coloré qui s’estompera au bout de 5 à 10 jours

. Le jagua, originaire d’Amérique du Sud, est réalisé avec la pulpe du fruit de l’arbre de jagua. Connu pour ses vertus curatives, le jagua peut également servir à réaliser un tatouage ressemblant à la perfection à un tatouage classique notamment grâce à sa couleur noire et bleue. Selon vos habitudes, le dessin peut durer entre 1 à 2 semaines.

Comment ça fonctionne le détatouage au laser ?
Le détatouage : un marché en hausse pour les dermatologues